Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Robin des volcans

Robin des volcans

Volcanologie, Mexique et Expéditions Volcaniques

Articles avec #perou catégorie

Publié le par Robin Campion
Publié dans : #Expéditions, #Pérou, #Volcans, #Volcanologie, #Ubinas, #Sabancaya

La deuxième partie du voyage au Pérou a bénéficié d'une excellente collaboration avec les volcanologues de l'Observatoire Volcanologique de l'INGMMET. En mai dernier, j'avais rencontré au workshop du Costa-Rica, Fredy Apaza et Pablo Masias, et leur avait fait part de mes projets de voyage au Pérou. Ils m'avaient demandé si je pourrais faire à cette occasion des mesures à la caméra UV sur les deux volcans péruviens qui montrent en ce moment des signes d'activité: L'Ubinas et le Sabancaya. C'est ainsi qu'a démarré cette collaboration qui je l'espère, va se prolonger encore de longues années tant les volcans péruviens sont passionnants et beaux, et ce sous un climat idéal pour les mesures de gaz.

L'Ubinas est sans doute le volcan le plus fréquemment actif du Pérou. Il domine d'environ 1000m l'altiplano Péruvien dont l'altitude moyenne à cet endroit tourne autour de 4500m. Un petit volcan donc, mais dont la base se situe à l'altitude des plus hautes montagnes d'Europe. Sa dernière période éruptive a commencé en 2006 et a connu trois crise successives. Une première entre 2006 et 2009, une seconde, jusqu'à présent la plus intense, en 2012-2013, et la troisième qui a commencé depuis avril de cette année. caractérisée par des explosions modérées, des émissions de cendres et la croissances de petits dômes intracratériques. Le volcan est couronné par un large cratère ou une petite caldera qui contient un petit cône de cendres aux pentes douces. Son passé éruptif chargé (avalanches de débris, éruptions pliniennes) ainsi que le dynamisme de ses dernières éruptions, et les émissions élevées de SO2 durant ces dernières, ne sont pas sans rapeller "mon" Popocatépetl.

Lors de notre ascension, il était très calme, et les émissions de gaz paraissaient à Fredy moindres que lors de ses visites précédentes. Ce calme apparent pouvait indiquer qu'un dôme avait obstrué le conduit et cette crainte nous a dissuadés de descendre dans la caldéra et de jeter un oeil dans le cratère interne.

Les mesures que nous avons fait a la camera à SO2 indiquent des valeurs élevées, ~1000 Tonnes par jour en moyenne, C'est environ 4 à 5 fois moins que le Popo, mais ca reste très élevé pour un volcan à dôme de lave. Et, observation intéressante, les émissions se font, comme au Popo, également de manière pulsante, avec des période caractéristiques entre deux bouffées successives qui sont du même ordre de grandeur que pour son grand frère Mexicain.

Le lendemain de notre visite, le volcan a produit une explosion dont le panache est monté à 2000m au dessus du cratère... On a finalement bien fait de ne pas descendre dedans.

 

Notre deuxième volcan, le Sabancaya fait partie d'une chaîne de 3 grands édifices alignés N-S et dont l'altitude tourne autour des 6000. D'imposantes coulées de lave rayonnent a partir de son cratère, jusqu'a 10 km, et la signification de son nom Quéchua (langue de feu) suggère que certaines ont du se mettre en place a la période précoloniale.

Depuis 2011, le volcan donne des signes de réactivation. Tous les paramètres classiquement surveillés par les volcanologues, donnent les mêmes indications: sismicité en hausse (volcano tectoniques et plus récemment seismes hybrides), déformation (inflation généralisée), augmentation de l'activité fumerollienne, augmentation de la température et des sulfates, des sources chaudes de la région (certaines a plus de 20 km du sommet).

L'ascension du volcans depuis sa base a été assez rude, en raison de l'altitude, des gaz, et d'une épaisse couche de neige crouteuse dans laquelle nous nous enfoncions jusqu'aux cuisses. Près du sommet, nous constatons que la neige, tombée 5 jours plus tôt, est recouverte d'une mince couche de cendres. Fredy en collecte un échantillon, qui se révèlera contenir un pourcentage important de matériel juvénil (cristaux et verre frais), une donnée nouvelle dans l'évolution de l'activité. Arrivés au cratère, le volcan tente a plusieurs reprises de nous asphyxier avec son panache hyperconcentré. Nous entendons clairement des bruits causé par un dégazage a haute pression, absent lors de la dernière visite de Fredy. Toutes ces observations indiquent que le processus de réactivation du volcan continue de progresser. Le magma est désormais très proche de la surface et dégaze de facon extrêmement abondante. Faute de temps je n'ai pas pu faire de mesures, mais mon expérience des panaches volcanique, et l'analyse (en cours) des images satellites me permettent d'estimer les émissions de SO2 dans une gamme comprise entre 3000 et 5000 Tonnes par jour.

En route vers , l'Ubinas, nous contournons le splendide cône du Misti

En route vers , l'Ubinas, nous contournons le splendide cône du Misti

Vues de l'Ubinas depuis l'Altiplano
Vues de l'Ubinas depuis l'Altiplano
Vues de l'Ubinas depuis l'Altiplano

Vues de l'Ubinas depuis l'Altiplano

Mesures des émissions de SO2 de l'Ubinas avec la Caméra UV

Mesures des émissions de SO2 de l'Ubinas avec la Caméra UV

Résultats de la caméra UV

Résultats de la caméra UV

Le large cratère de l'Ubinas , et son petit cratère interne

Le large cratère de l'Ubinas , et son petit cratère interne

Mon Frère dans la descente de l'Ubinas

Mon Frère dans la descente de l'Ubinas

2 frères au pied de l'Ubinas

2 frères au pied de l'Ubinas

Le Sabancaya (fumant) et l'Ampato vu d'avion. Notez les spectaculaires coulées visaueuses émises par le Sabancaya

Le Sabancaya (fumant) et l'Ampato vu d'avion. Notez les spectaculaires coulées visaueuses émises par le Sabancaya

Ampato et Sabancaya au petit matin

Ampato et Sabancaya au petit matin

Lever de soleil sur l'Ampato

Lever de soleil sur l'Ampato

Marche d'approche et ascension du Sabancaya...Marche d'approche et ascension du Sabancaya...

Marche d'approche et ascension du Sabancaya...

... dans l'atmosphère viciée par les gaz, et sous une lumère filtrée par les aérosols du panache...

... dans l'atmosphère viciée par les gaz, et sous une lumère filtrée par les aérosols du panache...

...Jusqu'au cratère qui culmine a 5960m

...Jusqu'au cratère qui culmine a 5960m

Dégazage intense dans le cratere

Depuis le sommet, on apercoit le puissant massif volcanique du Coropuna, à une centaine de km vers l'Ouest ...

Depuis le sommet, on apercoit le puissant massif volcanique du Coropuna, à une centaine de km vers l'Ouest ...

... Et celui de l'Ampato, qui semble si proche qu'on pourrait le toucher

... Et celui de l'Ampato, qui semble si proche qu'on pourrait le toucher

Le Volcanologue Péruvien Fredy Apaza Choquehuayta. 28 ans, géochimiste compétent, observateur doué, marcheur redoutable, et ami précieux.

Le Volcanologue Péruvien Fredy Apaza Choquehuayta. 28 ans, géochimiste compétent, observateur doué, marcheur redoutable, et ami précieux.

On a gardé le fameux Misti, qui domine Arequipa, pour une prochaine fois. Priorité aux Volcans actif sur les volcans touristiques

On a gardé le fameux Misti, qui domine Arequipa, pour une prochaine fois. Priorité aux Volcans actif sur les volcans touristiques

Voir les commentaires

Publié le par Robin Campion
Publié dans : #Expéditions, #Pérou

Je viens de rentrer d'une sympathique expédition au Pérou, réalisée avec mon Frére. Ce premier post présente surtout des photos culturelles, et de paysages. Un second post sur les passionnant volcans péruviens va suivre très bientôt.

La première partie du voyage, un trek a travers le massif du Salkantay jusqu'au fameux Machu Pichu était une sorte de mise en jambe plus ou moins culturelle pour s'acclimater à l'altitude élevée des volcans Péruviens. Pour moi, la marche modérée s'est transformée en épreuve assez rude a cause d'une bronchite virulente attrappée dès le deuxième des 5 jours de marche prévus au programme. Sans le soutien de mon Frère, j'aurais du renoncer et faire demi tour.

Une boîte d'antibiotique plus tard, la visite du Machu Pichu ne nous a pas décus. Bien que cher et touristique, c'est un site absolument grandiose non seulement pour les ruines, mais aussi pour le cadre de ses montagnes granitiques recouvertes de jungle.

Changement total de décor pour la deuxième partie du voyage, dédiée aux Volcans de la région d'Arequipa. Ici, l'altitude et le climat produisent des paysages semi-désertiques rappelant ceux de l'Atacama voisin. Seules les vallées qui descendent les volcans, véritables châteaux d'eau pour la région, abritent sufisemment d'humidité pour faire prospérer des cultures. L'agréable ville d'Arequipa est blottie au pied de trois volcans: le Chachani à l'Ouest, le Pichu-Pichu à l'Est, et le Misti au Nord. Le centre ville est entièrement bâti en ignimbrite, appelée localement sillar.

Cérémonie et défilé militaire sur la plaza de Armas de Cuzco. Presque tous les éléments d'une nation latino-américaine en une seule photo. L'armée, le drapeau, l'église... Le dernier (last but mot least) était programmé pour le soir: le Football et le match Pérou-Bolivie de la copa america.

Cérémonie et défilé militaire sur la plaza de Armas de Cuzco. Presque tous les éléments d'une nation latino-américaine en une seule photo. L'armée, le drapeau, l'église... Le dernier (last but mot least) était programmé pour le soir: le Football et le match Pérou-Bolivie de la copa america.

Les ruines de Moray, ancien centre d'expérimentation agricole des IncasLes ruines de Moray, ancien centre d'expérimentation agricole des Incas

Les ruines de Moray, ancien centre d'expérimentation agricole des Incas

Salines en terrasse de Maras. Les terrasses ont été sculptées dans la montagnes pour favoriser l'évaporation d'une source d'eau rendue salée par la dissolution d'évaporites (majoritairement du gypse) presentes dans la région. Salines en terrasse de Maras. Les terrasses ont été sculptées dans la montagnes pour favoriser l'évaporation d'une source d'eau rendue salée par la dissolution d'évaporites (majoritairement du gypse) presentes dans la région.

Salines en terrasse de Maras. Les terrasses ont été sculptées dans la montagnes pour favoriser l'évaporation d'une source d'eau rendue salée par la dissolution d'évaporites (majoritairement du gypse) presentes dans la région.

Début du Salkantay Trail: culture de quinoa, et sentier de moyenne montagne
Début du Salkantay Trail: culture de quinoa, et sentier de moyenne montagne
Début du Salkantay Trail: culture de quinoa, et sentier de moyenne montagne

Début du Salkantay Trail: culture de quinoa, et sentier de moyenne montagne

On monte

On monte

On campe (Soraypampa)

On campe (Soraypampa)

Deux frères en montagne...

Deux frères en montagne...

... Et quelles Montagnes!!!
... Et quelles Montagnes!!!

... Et quelles Montagnes!!!

Le Machu Pichu, noyé dans la brume, et entouré de montagnes
Le Machu Pichu, noyé dans la brume, et entouré de montagnes
Le Machu Pichu, noyé dans la brume, et entouré de montagnes

Le Machu Pichu, noyé dans la brume, et entouré de montagnes

Diverses vues des ruines. Les édifices sont taillés en pierres granitiques impeccablement taillées pour qu'elles s'emboîtent parfaitement. Quand on sait que le granite est l'une des roches les plus dures au monde, on se rend compte de l'incroyable effort qu'a du représenter la construction du site. Le site fût abandonné par les incas devant l'avancée des conquistadors espagnols, alors que sa construction, qui durait depuis environ 80 ans était presque achevée...
Diverses vues des ruines. Les édifices sont taillés en pierres granitiques impeccablement taillées pour qu'elles s'emboîtent parfaitement. Quand on sait que le granite est l'une des roches les plus dures au monde, on se rend compte de l'incroyable effort qu'a du représenter la construction du site. Le site fût abandonné par les incas devant l'avancée des conquistadors espagnols, alors que sa construction, qui durait depuis environ 80 ans était presque achevée...
Diverses vues des ruines. Les édifices sont taillés en pierres granitiques impeccablement taillées pour qu'elles s'emboîtent parfaitement. Quand on sait que le granite est l'une des roches les plus dures au monde, on se rend compte de l'incroyable effort qu'a du représenter la construction du site. Le site fût abandonné par les incas devant l'avancée des conquistadors espagnols, alors que sa construction, qui durait depuis environ 80 ans était presque achevée...
Diverses vues des ruines. Les édifices sont taillés en pierres granitiques impeccablement taillées pour qu'elles s'emboîtent parfaitement. Quand on sait que le granite est l'une des roches les plus dures au monde, on se rend compte de l'incroyable effort qu'a du représenter la construction du site. Le site fût abandonné par les incas devant l'avancée des conquistadors espagnols, alors que sa construction, qui durait depuis environ 80 ans était presque achevée...
Diverses vues des ruines. Les édifices sont taillés en pierres granitiques impeccablement taillées pour qu'elles s'emboîtent parfaitement. Quand on sait que le granite est l'une des roches les plus dures au monde, on se rend compte de l'incroyable effort qu'a du représenter la construction du site. Le site fût abandonné par les incas devant l'avancée des conquistadors espagnols, alors que sa construction, qui durait depuis environ 80 ans était presque achevée...
Diverses vues des ruines. Les édifices sont taillés en pierres granitiques impeccablement taillées pour qu'elles s'emboîtent parfaitement. Quand on sait que le granite est l'une des roches les plus dures au monde, on se rend compte de l'incroyable effort qu'a du représenter la construction du site. Le site fût abandonné par les incas devant l'avancée des conquistadors espagnols, alors que sa construction, qui durait depuis environ 80 ans était presque achevée...
Diverses vues des ruines. Les édifices sont taillés en pierres granitiques impeccablement taillées pour qu'elles s'emboîtent parfaitement. Quand on sait que le granite est l'une des roches les plus dures au monde, on se rend compte de l'incroyable effort qu'a du représenter la construction du site. Le site fût abandonné par les incas devant l'avancée des conquistadors espagnols, alors que sa construction, qui durait depuis environ 80 ans était presque achevée...

Diverses vues des ruines. Les édifices sont taillés en pierres granitiques impeccablement taillées pour qu'elles s'emboîtent parfaitement. Quand on sait que le granite est l'une des roches les plus dures au monde, on se rend compte de l'incroyable effort qu'a du représenter la construction du site. Le site fût abandonné par les incas devant l'avancée des conquistadors espagnols, alors que sa construction, qui durait depuis environ 80 ans était presque achevée...

Arequipa et ses facades sculptées dans l'ignimbrite
Arequipa et ses facades sculptées dans l'ignimbrite
Arequipa et ses facades sculptées dans l'ignimbrite

Arequipa et ses facades sculptées dans l'ignimbrite

Voir les commentaires