Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Robin des volcans

Robin des volcans

Volcanologie, Mexique et Expéditions Volcaniques

Articles avec #tacana catégorie

Publié le par Robin Campion
Publié dans : #Expéditions, #Chiapas, #Innondations, #Saison des Pluies, #fumerolles, #Tacana, #Chichon, #Volcans

Nous rentrons d’une mission de dix jours sur les volcans du Chiapas, Chichon et Tacana, dont j’ai déjà parlé sur ce blog. En route, nous avons traversés les états de Veracruz  et de Tabasco, et nous avons pu nous rendre compte que de grands territoires du pays sont encore inondé et sinistrés. En fait, depuis le passage des tempêtes tropicales Ingrid, les pluies n’ont jamais vraiment cessé (alors que nous sommes en novembre) et les inondations sont devenues chroniques. Les habitants de ces régions délaissées du gouvernement central de México, s’adaptent tant bien que mal a cette infortune stationnaire. Ils se déplacent en pirogues, et habitent au deuxième étage de leurs maisons. Dans la région du Chichon on ne compte plus les routes barrées ou à demi effondrées à cause des glissements de terrains qui ont affecté les sols saturés d’eau.  A Tapachula, les égouts, bouchés depuis deux ans ne drainent pas les rues qui se transforment à chaque orage (c’est à dire à peu près  tous les soirs) en véritables rivières.
Pour nous, qui à México vivions un peu comme dans une bulle, l’état assez catastrophique de certaines régions du pays a été un choc. Il a aussi compliqué singulièrement le travail de terrain. Nous avons du ainsi renoncer à monter au sommet du Tacana, nous contentant de répéter les mesures faites en avril. Au Chichon, après une nuit de camping pluvieuse, la météo ne nous a laissé qu’une matinée pour travailler, avant que de nouvelles pluies ne nous trempent entièrement lors de la descente. Le lac de cratère était plus grand, plus froid, et moins acide. Il a été lui aussi affecté par les pluies, qui l’ont littéralement dilué.

Au milieu des eaux

Au milieu des eaux

Maisons inondées

Maisons inondées

Le Tacana (vu ici de Tapachula) n'est dégagé qu'en début de journée...

Le Tacana (vu ici de Tapachula) n'est dégagé qu'en début de journée...

... avent que les orages éclatent dans l'après-midi

... avent que les orages éclatent dans l'après-midi

Les rivières de la région sont gonflées par les pluies...

Les rivières de la région sont gonflées par les pluies...

... ce qui rend la mesure de leur débit particulièrement difficile

... ce qui rend la mesure de leur débit particulièrement difficile

Dans la région du Tacana les gens font chaque jour plusieurs Km a pied pour se rendre a l'école ou au marché

Dans la région du Tacana les gens font chaque jour plusieurs Km a pied pour se rendre a l'école ou au marché

Camping humide au Chichon

Camping humide au Chichon

Le lac du Chichon en novembre (gauche) et en avril (droite)Le lac du Chichon en novembre (gauche) et en avril (droite)

Le lac du Chichon en novembre (gauche) et en avril (droite)

Echantillonage (Photo Mikhail Zelinsky)

Echantillonage (Photo Mikhail Zelinsky)

Yuri et Mikhail prennent quelques instants de repos

Yuri et Mikhail prennent quelques instants de repos

Echantillonage d'une nouvelle fumerolle. Chaud Chaud...

Echantillonage d'une nouvelle fumerolle. Chaud Chaud...

Voir les commentaires

Publié le par Robin Campion
Publié dans : #Expéditions, #Chiapas, #Tacana

Le second volcan de cette campagne, le Tacana n’est pas un petit volcan. Il culmine à 4000 m au-dessus du niveau de la mer, a l’extrême est du Pays. Le sommet de la montagne sert d’ailleurs de borne frontière naturelle avec le Guatemala voisin. Le Tacana est le principal sujet de la thèse de Nathalie. Cette mission est l’occasion pour elle de découvrir ce qui sera son terrain d’étude pendant ces trois prochaines années. Au programme : l’échantillonnage des sources thermales et des mofettes (exhalaisons de gaz froid), ainsi que la mesure du débit des rivières des flancs du volcan. L’ascension du Volcan, longue et assez difficile, et l’échantillonnage des fumerolles sommitales seront pour une prochaine mission.

A Tapachula, ville frontière avec le Guatemala bâtie sur des dépôts éruptifs du Tacana, Youri Taran, le promoteur de thèse de Nathalie, et 3 étudiants de l’Instituto Technologico de Chiapas, nous rejoignent, tandis que Paty retourne a Mexico.

La plupart des sources thermales associées au Volcan se trouvent sur le flanc Ouest, autour du petit village d’Agua Caliente. On l’atteint après trois heures d’une route incroyablement tortueuse et escarpée. Youri se souvient du temps pas si lointain ou les dix derniers km se faisaient à pied, les instruments chargés à dos de mule. Agua Caliente est construit sur une crête à flanc de volcan qui domine les reliefs granitiques escarpés de l’Est du Chiapas. Il se dégage de ce village un calme, une sérénité presque irréels. Après une brève présentation auprès des notables du village (l’agent municipal, le médecin et un instituteur de l’école), nous obtenons l’autorisation de nous installer dans la « casa comunitaria », sorte d’église laïque avec une estrade et des bancs en bois. L’estrade sera notre cuisine et les bancs nos lits. Nous partons dans l’après-midi pour échantillonner une première source chaude. C’est probablement une des sources chaudes les plus spectaculaires que j’ai jamais vues. Elle se trouve au pied d’une falaise exactement sous la cascade d’un des Rios qui drainent le volcan.

Les deux jours suivants, nous arpentons les pentes du volcans et les vallées des alentours avec un guide, a la recherche d’autres sources chaudes. Elles sont nombreuses au Tacana. Certaines colorent les ruisseaux en orange vif, à cause de l’hydroxyde de fer qu’elles déposent. Un autre déverse dans la jungle une cascade d’eau à 40°C. C’est le domaine de la Selva, la forêt tropicale humide et très dense, qui bruisse de chants d’oiseaux inconnus. Le somptueux Quetzal, habite encore les pentes du volcan, et c’est l’un de ses derniers refuges au Mexique. La Selva est en effet victime de la déforestation et disparait à un rythme alarmant, remplacée par des plantations de café.

En soirée nous jouons au football avec les enfants du village. Doués les gosses, ils courent vite, ils dribblent ils passent… Tout ça permet de construire de bonnes relations avec les habitants du village, qui observent le match avec un mélange de curiosité et d’amusement. Nous serons amenés à revenir là-bas plusieurs fois par an.

Cette première mission au Tacana n’est qu’une brève exploration préliminaire de trois jours, une prise de contact, mais qui aura néanmoins fourni un bon lot de mesures et d’échantillons que Nathalie traitera dans les prochaines semaines. D’autres missions viendront, plus longues et plus difficiles. Youri a aussi évoqué l’idée d’ajouter un autre volcan, le Tajumulco au Guatemala, au sujet de thèse de Nathalie. Ce n’est certainement pas le travail qui manquera ces prochains mois…

Heure de pointe dans l'unique rue du village d'Agua Caliente

Heure de pointe dans l'unique rue du village d'Agua Caliente

Echantillonage sous la cascade

Echantillonage sous la cascade

La Selva

La Selva

Fougère arborescente

Fougère arborescente

Une source fleurie

Une source fleurie

Mesure du débit d'une rivière chargée d'hydroxyde de fer

Mesure du débit d'une rivière chargée d'hydroxyde de fer

En fin d'après-midi, le Volcan se dégage quelques instants des brumes qui l'entourent la plupart du temps en cette saison

En fin d'après-midi, le Volcan se dégage quelques instants des brumes qui l'entourent la plupart du temps en cette saison

Cascade d'eau chaude

Cascade d'eau chaude

Le terrain de foot au coucher du soleil. Une balle expédiée un peu trop fort hors du terrain peu nécessiter des heures de recherches dans la ravine toute proche.

Le terrain de foot au coucher du soleil. Une balle expédiée un peu trop fort hors du terrain peu nécessiter des heures de recherches dans la ravine toute proche.

Voir les commentaires