Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Robin des volcans

Robin des volcans

Volcanologie, Mexique et Expéditions Volcaniques

Articles avec #congres catégorie

Publié le par Robin Campion
Publié dans : #Volcanologie, #Congrès, #Costa Rica, #Turrialba, #Eruption, #DOAS, #Volcans

Ces deux dernières semaines, j’étais à nouveau au Costa Rica, pour participer à deux workshops successifs sur les mesures à distances de SO2 par spectrométrie UV. Le premier workshop traitait des résultats obtenus par le réseau NOVAC (Network for the Observation of Volcanic and Atmospheric Changes) au cours des 10 premières années d’existence. Le second, plus technique, discutait des problèmes qui affectent encore la précision et l’exactitude des mesures, et des possibles solutions à ces problèmes. Les deux workshops, assez différents dans leur genre, ont été très intéressants, et très productifs. En témoigne le rapport de plus de 40 pages que nous sommes en train de rédiger et qui contient des recommandations et des projets de recherches concrets pour améliorer systématiquement la qualité des mesures du réseau DOAS et les valider.

Pour moi, c’était aussi l’occasion de revoir le Volcan Turrialba pour la troisième fois après 2010 et 2014, et cette fois en éruption… Une éruption que j’attendais depuis 5 ans, ça compte !! Dans un article du Bulletin of Volcanology de 2012, j’avais, à partir de mesures par images satellites et caméra à SO2, postulé que seule une intrusion de magma récente permettait d’expliquer les émissions très élevés de SO2 par ce volcan. Et que, par conséquent, une éruption de ce magma était un scénario d’évolution fort probable pour ce volcan qui ne se trouve qu’à une quarantaine de San Jose, la capitale du pays. L’éruption actuelle est pour le moment modérée, mais elle a quand même modifié assez fortement la morphologie du cratère. Tous les blocs éjectés que j’ai pu observer étaient constitué d’anciennes roches partiellement altérées et pour le moment, seules les cendres contiennent des traces, peu abondantes, de magma frais.

Enfin c'est toujours un grand plaisir de retrouver mes amis de l'Ovsicori (Observatorio Vulcanològico y Sismico de Costa Rica) Geoffroy Avard et Maarten de Moor, authentiques volcanologues de terrain sans peur et sans reproches.

Photo de Groupe lors de l'excursion du Mercredi: 40 volcanologues de 17 pays différents.

Photo de Groupe lors de l'excursion du Mercredi: 40 volcanologues de 17 pays différents.

Emission de Cendres

Emission de Cendres

Maarten de Moor, de l'OVSICORI, répare une station du réseau NOVAC

Maarten de Moor, de l'OVSICORI, répare une station du réseau NOVAC

Détail des rideaux de cendres

Détail des rideaux de cendres

Le cratère actif du Turrialba s'est considérablement élargi: vue actuelle et comparaison avec mars 2014
Le cratère actif du Turrialba s'est considérablement élargi: vue actuelle et comparaison avec mars 2014

Le cratère actif du Turrialba s'est considérablement élargi: vue actuelle et comparaison avec mars 2014

Vue plongeante sur un paysage en noir et blanc.

Vue plongeante sur un paysage en noir et blanc.

Mes Amis Maarten de Moor et Geoffroy Avard, déblayent le panneau solaire de la station Multigaz installée près du cratère

Mes Amis Maarten de Moor et Geoffroy Avard, déblayent le panneau solaire de la station Multigaz installée près du cratère

Mesures à la caméra Thermique de la bouche de 2010.

Mesures à la caméra Thermique de la bouche de 2010.

Voir les commentaires

Publié le par Robin Campion
Publié dans : #Congrès, #Chili, #Volcanologie

 

J'ai passé avec Nathalie les deux dernières semaines dans l'Atacama, au Nord du Chili, ou se déroulait le XXIème CCVG Gas Workshop. Un workshop est un petit congrès ou les gens, en plus de présenter leurs dernières recherches sous la forme de posters ou de conférences, pratiquent aussi leur science sur le terrain. Les grands pontes se retrouvent avec les jeunes qui montent autour du même brouet, échantillonnent la même fumerolle, mesurent le même panache. On discute, on échange des idées, on revoit des amis de l'autre bout du monde qu'on ne voit qu'une ou deux fois par ans dans des réunions similaires, on échafaude des projets de recherche sur des volcans lointains ou proches, on joue au football ou aux échecs, on fait la fête. Dans ce cas-ci, après deux jours de sessions scientifiques dans la petite ville de Copiapo nous nous sommes rendus au Volcan Lastarria (5600 mètres d'altitude et un des endroits les plus isolés qu'il m'ait été donné de visiter), puis aux Geysers du Tatio et au Volcan Lascar près de San Pedro de Atacama. Les photos pareleront plus que de longs textes sur la beauté aride des lieux.

Réflexion, Salar de Aguas Calientes

Réflexion, Salar de Aguas Calientes

Volcan Llullaillaco et Vicuña

Volcan Llullaillaco et Vicuña

Un des Geysers les plus actifs du Tatio

Un des Geysers les plus actifs du Tatio

Les algues thermophiles transforment une source chaude (70°C) en oeuvre d'art abstrait

Les algues thermophiles transforment une source chaude (70°C) en oeuvre d'art abstrait

Photo de groupe (une partie...) avec le Lascar en toile de fond

Photo de groupe (une partie...) avec le Lascar en toile de fond

Troupeau de Lamas au Lastarria

Troupeau de Lamas au Lastarria

Voir les commentaires

Publié le par Robin Campion
Publié dans : #Congrès, #Volcanologie, #Caméra à SO2, #Stromboli

Fin juin, j'ai participé à un workshop sur les technique d'imagerie des gaz et des cendres dans les panaches volcaniques. Sponsorisé par le projet Memovolc de la politique scientifique Européenne, ce workshop réunissait une trentaine de personnes des 4 coins du Monde (du Mexique au Japon en passant par la Norvège et l'Italie). Les trois premiers jours ont été occupés par les présentations orales. Chaque intervenant présentait ses programmes d'acquisition, ou de traitement des données, ses mesures. Nous avons aussi discuté des problèmes et des sources d'erreurs associées à chaque méthode, des développements futurs à apporter de comment faire évoluer les instruments et le traitement des données pour mieux correspondre aux besoins des observatoires volcanologiques, etc... Chacun partageait son expérience et apprenait de celle des autres, le tout dans une ambiance très conviviale, ouverte et détendue mais studieuse.

Chacun avait amené son instrument: Caméras à SO2 fonctionnant dans l'Infrarouge ou dans l'Ultraviolet. Donc le quatrième jour, nous avons mené des expériences de calibration et d'intercomparaison entre les différents instruments. Mesures du rapport signal sur bruit, de la sensibilité au SO2, de sa linéarité et de sa distribution spatiale. Mes cellules de calibration passaient d'instrument en instrument pour être chaque fois mesurées.

Le cinquième jour, après ne matinée consacrée au traitement des données de l'intercomparaison, nous avons tenté, pour la première fois au monde, une expérience de tomographie du SO2 dans le panache. Profitant de conditions idéales, nous nous sommes déployés en divers points de l'île pour prendre des mesures simultanées du panache. La diversité des angles d'observation devrait permettre de reconstituer la distribution 3D (et même 4D en considérant des séquences d'images) du SO2.

Cependant pratiquement tout le protocole de mise en commun des données, d'harmonisation des formats d'images et des focales différentes, et de reconstruction tomographique proprement dit reste a inventer. Ca représentera certainement des mois de travail effectués en étroite collaboration au quatre coins du monde. Nous ne sommes même pas encore certains d'obtenir un résultat positif au terme de ce travail, mais c'est à coup d'enthousiasme, de tentatives, et parfois d'échecs que la Volcanologie progresse.

Bien entendu, j'ai profité des nuits pour monter au sommet du volcan et observer l'activité, des trois groupes de bouches éruptives de la terrasse cratérique. L'activité avait diminué par rapport aux pics qu'elle avait atteint en avril-mai au en janvier de cette année. Mais même l'activité "normale" du Stromboli est un spectacle merveilleux, que je ne me lasserai jamais de contempler pendant des nuits et des nuits.

Je remercie les organisateurs: Mike Burton, Fred Prata et Ulrich Platt de m'avoir invité à cet excellent workshop!!!!

Intercomparaison d'instrument

Intercomparaison d'instrument

L'intercomparaison d'instrument nécessite un ciel pur, donc on ne les pointe pas vers le volcan

L'intercomparaison d'instrument nécessite un ciel pur, donc on ne les pointe pas vers le volcan

Explosion modérée au Cratère Nord-Est

Explosion modérée au Cratère Nord-Est

Explosion forte au Cratère Sud-Ouest. Notez l'incandescence moindre des projectiles, due a une plus faible température de sortie.

Explosion forte au Cratère Sud-Ouest. Notez l'incandescence moindre des projectiles, due a une plus faible température de sortie.

Explosion moyenne au Cratère Nord-Est, l'aube commence à poindre, rendant plus visible le panache de cendre et la topographie

Explosion moyenne au Cratère Nord-Est, l'aube commence à poindre, rendant plus visible le panache de cendre et la topographie

Vent faible mais bien établi, panache très peu condensé, visibilité parfaite: Les conditions sont idéales pour tenter la tomographie du panache (Cote a cote: mon instrument et celui de mon ami Christoph Kern)

Vent faible mais bien établi, panache très peu condensé, visibilité parfaite: Les conditions sont idéales pour tenter la tomographie du panache (Cote a cote: mon instrument et celui de mon ami Christoph Kern)

Voir les commentaires

Publié le par Robin Campion
Publié dans : #Congrès, #Colima

J'ai passé la semaine dernière au congrès "Cities on Volcanoes" qui se tenait à l'université de Colima. J'étais déjà venu à Colima il y a quatre an et je retrouve la ville fidèle à mon souvenir: Une ville calme, arborée et un rien négligée qui a beaucoup de charme. Le climat y est assez tropical sans être étouffant, et les cocotiers balancent leurs palmes nonchalantes dans la brise de mer. L’océan n’est qu’à une trentaine de kilomètres, mais nous n’avons pas eu le temps d’y tremper les pieds.

Ma présentation (mardi) s'est bien passée, malgré mon anglais un peu rouillé par une pratique intensive de l’espagnol. Je présentais les donnés de flux de SO2 que j'ai collectées depuis que je suis arrivé ici. Ces données servent a la surveillance du volcan Popocatépetl, mais aussi a l'intercomparaison des différentes techniques de mesures, afin de les améliorer et de mieux comprendre leurs limites. J'ai eu quelques questions et suggestions intéressantes, Beaucoup d'autres présentations m'ont aussi beaucoup intéressé. Dans la session sur la modélisation des processus volcaniques j'ai beaucoup apprécié les présentation de John Neuberg sur la perméabilité des édifices volcaniques et le stockage de gaz à l'intérieur de ceux ci, ainsi que celle de Yan Lavallee sur les cycles de pressurisation des volcans à dôme.

Les interactions entre les "modélisateurs" et les "mesureurs" sont essentielles pour faire avancer la volcanologie, et des congres pluridisciplinaires comme celui ci sont vraiment parfaits pour ça.

Le mercredi était une journée consacrée a la visite des environs du volcan: des affleurements géologiques montrant d'impressionnants dépôts d’avalanches de débris ou de lahars, mais aussi des villages qui vivent sous la menace permanente du volcan. Un commandant de la protection civile de l'état de Colima nous a détaillé le système d'alerte mis en place de façon permanente dans ces villages. Ca a l'air remarquablement efficace. Pour un volcan aussi dangereux, c'est indispensable.

Jeudi, nouvelle session sur la sismologie volcanique et le soir, fiesta mexicaine dans le village de Nogueras, avec mariachis, et feu d’artifice.

Vendredi, j’ai eu la chance de survoler le volcan en avion, tôt le matin, avant que les nuages ne le recouvrent. Puis j’ai assisté l’après-midi aux présentations de mes amis belges Corentin et Zack.

Un prochain post plus détaillé sur le Volcàn de Colima est en préparation. 

 

A congrès international, affiche multilingue...

A congrès international, affiche multilingue...

Le Campus de l'Universitad de Colima avec, au fond, le volcan

Le Campus de l'Universitad de Colima avec, au fond, le volcan

Pause Caffé sur le campus

Pause Caffé sur le campus

Pendant ma présentation (foto cortesia Alan Garcia)

Pendant ma présentation (foto cortesia Alan Garcia)

L'excursion du mercredi: observation des dépôts d'avalanche de débris

L'excursion du mercredi: observation des dépôts d'avalanche de débris

L'excursion du Mercredi: Le Fameux Steve Sparks examine des dépôts de lahars

L'excursion du Mercredi: Le Fameux Steve Sparks examine des dépôts de lahars

Parc public à Colima

Parc public à Colima

Le soir tombe dans le centre ville

Le soir tombe dans le centre ville

Coucher de soleil sur la place centrale

Coucher de soleil sur la place centrale

Photo souvenir devant une maquette en 3D du Popocatepetl

Photo souvenir devant une maquette en 3D du Popocatepetl

Feu d'artifice

Feu d'artifice

Voir les commentaires